Sainte Marguerite sur Mer - Côte d'Albâtre - Normandie Cartes de Sainte Marguerite sur Mer, Sainte Marguerite sur Mer, Ste Marguerite sur Mer, Côte d'Albâtre, Normandie, Varengeville, Quiberville, Dieppe, Seine Maritime Activités à Sainte Marguerite sur Mer, Actualité de Ste Marguerite sur Mer, Articles sur Sainte Marguerite sur Mer, Artisanat à Ste Marguerite sur Mer, Associations de Sainte Marguerite sur Mer, Bienvenue à Ste Marguerite sur Mer, Evénements à Sainte Marguerite sur Mer, Photos de Ste Marguerite sur Mer, Hébergement à Sainte Marguerite sur Mer, Liens utiles de Ste Marguerite sur Mer, Mairie de Sainte Marguerite sur Mer, Numéros utiles de Ste Marguerite sur Mer, Restaurants à Sainte Marguerite sur Mer, Lieux à visiter à Ste Marguerite sur Mer, Webcam de Ste Marguerite sur Mer, Horaires des marées à Ste Marguerite sur Mer,
Sainte Marguerite sur Mer - Côte d'Albâtre - Normandie
Accueil
Site officiel de Sainte Marguerite sur Mer
Site officiel
Chronique : Pensions de famille, hôtels, restaurants et épiceries (Partie 1)
Monsieur GRIMBERT évoque les souvenirs de Sainte Marguerite au début du siècle à partir d'un almanach paru avant 1910. Il ne s'agit pas d'une chronique historique, il ne s'appuie sur aucune pièce officielle, les dates peuvent être approximatives mais la mémoire est toujours vigoureuse et nous replonge dans ce passé pas si lointain.

Sainte Marguerite était une station de villégiature à la belle saison et comptait plusieurs hôtels et restaurants. Nous évoquerons aujourd'hui les principaux.


Le Balcon Fleuri

Le Balcon Fleuri

Acheté par Clément Leroux, fils d'Antime déjà cité, vers 1914, il fut agrandi dans les années 20 pour devenir un hôtel restaurant de dix chambres qui travaillait surtout l'été. Cependant le café restait ouvert toute l'année et les gens du village se retrouvaient le dimanche pour la partie de dominos.

En saison, une voiture à cheval allait chercher les clients qui arrivaient par le train à Dieppe pour les conduire jusqu'à l'hôtel. Il s'agissait d'une clientèle d'habitués qui revenaient d'une année sur l'autre et passaient là toutes leurs vacances.

Après Clément Leroux, l'hôtel fut repris par son fils Albert puis par son petit-fils Philippe. L'établissement qui n'était plus aux normes perdit peu à peu sa clientèle. Au début des années 80 existait encore une crêperie, puis l'immeuble fut vendu et laissé à l'abandon depuis plus de quinze ans.


L'Hôtel des Etrangers

Plus connu aujourd'hui sous le nom d'hôtel Saint Christophe, jouxtant le cimetière de l'église, cette bâtisse de 1906, indication qui figure sur le pignon, était un café épicerie tenu par Madame Gouel. Celle-ci le vendit à Monsieur Antime Leroux pour aller s'installer « Au Rendez-vous des Chasseurs » actuel restaurant de l'Ailly qui était à l'époque un café épicerie mercerie.
Antime Leroux, artisan menuisier à Varengeville fit reconstruire l'immeuble détruit par un incendie et le transforma en hôtel nommé « Hôtel des Etrangers ». Vers 1930, après le décès des époux Leroux, l'hôtel est acheté par Monsieur Cottereau et devient l'Hôtel Saint Christophe. M. Cottereau fait construire un étage supplémentaire. Après lui plusieurs exploitants se succèdent et ne font pas de bonnes affaires. L'immeuble est finalement racheté par Monsieur Arachequesne de Quiberville et transformé en logements.


L'Hôtel des Sapins

Hôtel des Sapins

Cet hôtel appartient à la famille Grout depuis 1888 et fut d'abord tenu par l'arrière grand-père de Denis Grout, l'actuel adjoint au maire. Puis se succédèrent Denis Grout (grand-père) vers 1920 et Denis Grout (père) vers 1950.

C'était une maison renommée qui ouvrait l'hôtel à la belle saison ; la prospérité pouvait se mesurer à la quantité impressionnante de linge qui séchait dans le pré situé derrière la bâtisse. Ce sont eux les premiers qui firent l'acquisition d'une automobile pour aller chercher leurs clients à Dieppe.

De nombreuses cérémonies familiales, baptêmes, communions, mariages restent dans les mémoires des gens de la région.

Après Monsieur Denis Grout père, lui aussi adjoint au maire pendant de nombreuses années, l'établissement fut tenu par M. et Mme Fleurmann puis par M. et Mme Boulier et enfin par M. et Mme Lefebvre les actuels
exploitants. Depuis, l'hôtel a été rebaptisé Manoir des M.


La Petite Posada

La Petite Posada

C'était le café restaurant du Phare d'Ailly tenu par le ménage Tardieu. Avant 1914, il n'ouvrait que l'été ; M. et Mme Tardieu travaillaient l'hiver sur la Côte d'Azur mais après la GrandeGuerre, ils restèrent toute l'année à Sainte Marguerite.

La spécialité de la maison était la collation pour les visiteurs du Phare d'Ailly. Madame Tardieu, d'origine savoyarde confectionnait des galettes feuilletées qu'elle servait accompagnées de confitures et de cidre bouché maison. Chaque automne, elle payait des gens du village pour aller cueillir des mûres. Entre 1914 et 1940 de nombreux cars des sociétés Marlin et Rédélé, entre autres, faisaient chaque jour en saison un circuit
touristique partant de Dieppe, Varengeville, Le Phare d'Ailly, Quiberville, Ouville, Offranville et retour à Dieppe. Ils s'arrêtaient une heure « Chez Léon » Tardieu qui offrait la collation aux chauffeurs pendant que les estivants dégustaient les délicieuses galettes. Léon était aidé par trois serveuses et une plongeuse en saison.

Parfois le soir, quelques joyeux fêtards des environs venaient faire un petit souper dans cet endroit calme et retiré.

Monsieur Tardieu accompagnait Monsieur Grout au marché de Dieppe pour le ravitaillement et se faisait livrer l'épicerie, comme ses confrères, par la maison Félix Potin de Dieppe.



A suivre…

Source : Philippe Lefebvre

Recommander le site
Votre nom :
Votre courriel :
Nom de votre ami :
Courriel de votre ami :
Anti-spam Recopier les chiffres
Message :