A découvrir

Sainte-Marguerite et les environs

A découvrir 2018-10-03T17:38:33+00:00

DÉCOUVRIR LA CÔTE D’ALBATRE

Retrouvez dans cette section tous les conseils découverte certifiés des promeneurs aguerris de Sainte-Marguerite sur Mer ! Du phare d’Ailly au Manor d’Ango en passant par les jardins de Vasterival, il y en a autant pour les amateurs de chevaux que pour les amoureux de la mer ou encore les inconditionnels adeptes des promenades dominicales.

Sélectionnez un lieu à découvrir sur la colonne de gauche

 Plage de Sainte-Marguerite

Elle est caractéristique de la région avec sa grève de galets et ses grandes étendues de sable découvertes à marée basse.

On y croise aussi bien des pêcheurs embarquant pour aller relever leurs casiers, que ceux qui viennent remplir leur panier de crevettes ou de bouquets.

Les baigneurs ne sont pas en reste grâce à la surveillance assurée tout au long de l’été par des maîtres nageurs. Les enfants trouveront une aire de jeux, les amateurs de pétanque, une piste réservée et les familles, des tables de pique nique.
Après la baignade ou les jeux, des douches permettent à tous de se dessaler, et pour ceux qui ont un petit creux, un service de restauration est disponible pendant la saison.
Les cabines qui sont alignées le long de la promenade peuvent être louées au mois ou pour des périodes plus courtes.

Le Phare d’Ailly

Le premier phare fût achevé et mis en service en 1775.

Au total, la tour quadrangulaire en pierres blanches, construite sur le haut de la falaise, mesurait 18 mètres et la lanterne 5 mètres.

En 1776, on modifia le réchaud afin d’en réduire la consommation (600 kg par nuit) de charbon.

Puis, pour éviter le transport du charbon à dos d’homme par l’étroit escalier de 96 marches, on installa un treuil sur la plateforme supérieure pour hisser le combustible.
On construisit également une maison pour les gardiens.
La consommation de charbon baissa, mais la puissance lumineuse également.

Les Sentiers

Sainte Marguerite-sur-Mer s’étend sur 541 hectares et en partie sur le site de l’Ailly.
La commune borde la mer offrant une très grande variété de petites randonnées à travers des paysages de plage, de falaises, de bois, de chemins de plaine, de cavées et de bords de rivière.
Sainte Marguerite possède un réseau remarquablement dense de sentiers en Pays de Caux et chaque chemin porte un nom.

Carte des sentiers

Les principaux circuits sont balisés à partir de deux points de départ (D1 et D2) et de trois centres d’intérêt : l’église, le phare d’Ailly et un circuit de nature.

Circuit à travers bois vers le village et la mer : Temps 1h45, balisage rouge, départ : D1 ou D2
A partir de l’un des 2 points de départ, ce périple permet la visite du phare d’Ailly, celle de l’église romane et la découverte à travers bois d’un « sentier de nature ». Au versant ouest de la falaise, le circuit débouche sur la mer.
Circuit à travers bois vers Vasterival : Temps 1h30, balisage bleu, départ : D2
A partir du point de départ (D2) du phare d’Ailly, ce périple débute par le « sentier de nature » pour déboucher sur les chemins vallonnés dans les bois de Vasterival. On y côtoie le magnifique jardin de la princesse Sturdza pour aboutir à la mer par la valleuse sauvage de Port Vasterival.
Circuit de la mer, de la Saâne et de la plaine : Temps 2h30, balisage vert, départ : D2
A partir eu pointe de départ D1 de l’église de Sainte Marguerite, au centre du village, ce périple vous conduit vers le chemin de la mer avec un superbe point de vue. Après la plage, un sentier pittoresque longe la rivière Saâne et remonte ensuite sur le plateau en direction de Blanc Mesnil où le chemin des Ecloparts donne une vue très dégagée de la vallée de la Saâne. Retour par la cavée en direction du village, avec un aperçu du château et de son colombier du XVII° siècle.

Le Sentier Nature

Le site du Cap d’Ailly est l’un des rares massifs forestiers du haut de falaise dans notre région. C’est un lieu exceptionnel sur de nombreux points de vue : géologique, floristique, faunistique et paysager.
Ce boisement appartient pour une grande partie à la commune de Sainte Marguerite sur mer et au Conservatoire du Littoral (environ 50 ha). On y retrouve une véritable mosaïque de milieux : Futaie de pins, taillis de feuillus, landes humides atlantique, réseau de mares…
De nombreuses espèces protégées sont présentent sur le site.


Des caractéristiques géologiques uniques en Normandie

Le site est situé sur le « synclinal de Varengeville », caractérisé par une faible élévation des falaises de craies (35 mètres au plus bas). Les formations tertiaires qui se sont accumulées au-dessus sont uniques en Normandie.
La présence de nappes phréatiques (entre 2 et 12 mètres de profondeur) qui s’écoulent vers la mer engendre une érosion importante des falaises caractérisée par un profil de glissement de trois sous falaises appelées « frettes ».


Une érosion intense

Ces formations se caractérisent par des nappes aquifères au sommet des argiles et dans les niveaux sableux ou caillouteux. Il en résulte une forte instabilité due à l’alternance de matériaux perméables (sables) et imperméables (argiles), saturés par l’eau des deux nappes qui s’écoulent vers la mer. Dans ces conditions, il se forme un front d’érosion de 4 Km de long sur 50 à 250 m de large. Ce sont les « frettes », où des pans entiers de matériaux en place se décollent et forment des crevasses pour glisser sur les replats. Elles se composent schématiquement de 3 arrières falaises et 3 replats plus ou moins masqués par les glissements de terrains.

L’érosion agit sur le haut de falaise (-80 m depuis 1930) et sur le bas de la falaise (-60 m en 100 ans).
Le premier phare (1775) situer à 156 m des frettes s’est écroulé en 1964, soit un recul moyen annuel de 0,90 m.
La régression peut être localement spectaculaire. En 1966, à une distance de 300 mètres du phare, la falaise à reculé de 250 m en 18 mois, soit 166 m/an.
Le suivi du bord des falaises au G.P.S. (Global Positionning Système) a permis de constater que le recul avait été de 20 m en 9 ans (dessin du trait de côte sur le plan cadastral de 1991), soit une moyenne de 2 m/an.


La flore du bois de l’Ailly

L’eau est omniprésente sur le site et a permis l’installation d’une flore tout à fait particulière, similaire à celle des massifs cristallins d’Ecosse et de Bretagne.

En effet l’humidité du sol et le caractère acide des matériaux géologiques du tertiaire ont engendré des paysages de lande atlantique humide uniques dans le département.

Néanmoins, l’abandon des activités pastorales très présentes au début du siècle dernier entraîne irrémédiablement un boisement des terrains et donc une modification des caractéristiques floristiques du secteur.

Ainsi, la végétation du site est largement dominée par les peuplements forestiers (pinèdes, futaies et taillis). Toutefois, on rencontre encore de nombreuses landes relictuelles de faibles surfaces. Certaines sont très dégradées par la molinie bleue (une graminée envahissante) et la colonisation spontanée des ligneux. On peut malheureusement craindre une banalisation des milieux.

Aujourd’hui, 196 espèces végétales ont été recensées par le Conservatoire des Sites Naturel de Haute-Normandie.
Selon l’ « Inventaire de la flore vasculaire de Haute-Normandie » 42 espèces se dégagent du lot :

  • 3 espèces exceptionnelles
  • 6 espèces très rares
  • 3 espèces rares
  • 9 espèces assez rares
  • 21 espèces peu communes

La grande majorité de ces plantes est inféodée aux milieux ouverts du site et en particulier aux landes.

Les espèces végétales les plus menacées sont les suivantes :

Menace

Nom scientifique

Nom français

Protection

Espèces gravement menacées d’extinction

Genista anglica

Genêt d’Angleterre

Régionale

Epipactis palustris

Epipactis des marais

Régionale

Salix repens subsp . repens

Saule rampant

Ulex gallii

Ajonc de Le Gall

Régionale

Espèces menacées d’extinction

Drosera rotundifolia

Rossolis à feuilles rondes

Nationale

Erica tetralix

Bruyère à quatre angles

Pedicularis sylvatica

Pédiculaire des bois

Espèces vulnérables

luzula multiflora congesta

Luzule ramassée

Juncus bulbosus

Jonc bulbeux

Toutes ces espèces sont menacées d’extinction à l’état sauvage à plus ou moins long terme dans la région Haute-Normandie. Le cap d’Ailly joue donc un rôle de tout premier plan dans la protection et la conservation d’espèces végétales menacées localement.

L’intérêt floristique est donc indéniable. Cependant, les espèces remarquables sont pour la plupart liées à la présence des landes et les espèces exceptionnelles et protégées sont exclusivement inféodées aux milieux ouverts.

Les landes constituent donc l’intérêt majeur du site d’un point de vue botanique.

La faune du Cap d’ailly

L’avifaune

Mésange boréale.

Le Cap d’Ailly, compte tenu de la diversité des milieux naturels en présence, constitue un écocomplexe très favorable, à la fois pour la nidification de plusieurs espèces d’oiseaux, mais aussi comme étape migratoire pré et postnuptiale et comme station d’hivernage.

Un inventaire réalisé par le Groupe Ornithologique Normand a permis d’observer 75 espèces d’oiseaux sur le site ou aux abords de celui-ci.

Quelques espèces peu communes sont à signaler :

  • Mésange boréale
  • Mésange noire
  • Pétrel fulmar
  • Chouette chevêche
  • Hibou moyen duc
  • Pic noir


Les mammifères

Le site du Cap d’Ailly et plus particulièrement le bois accueille régulièrement 16 espèces de mammifères.

Insectivores :
  • Musaraigne aquatique
  • Musaraigne couronnée
  • Musaraigne musette
Canidés :
  • Renard
Lagomorphes :
  • Lapin de garenne
Rongeurs :
  • Ecureuil
  • Campagnol roussâtre
  • Campagnol agreste
  • Mulot gris
  • Rat surmulot
Artiodactyles :
  • Sanglier
Mustélidés :
  • Belette
  • Blaireau

Les Amphibiens

9 espèces d’Amphibiens sont fréquemment observées sur le site :

– Salamandre tachetée
– Triton alpestre
– Triton crêté
– Triton palmé
– Crapaud commun
– Alyte accoucheur
– Grenouille rousse
– Grenouille verte
– Grenouille agile

Au centre de la partie ouest du bois se situe une mare relativement ancienne qui avait la réputation d’être l’une des plus riches de la Haute-Normandie pour ses amphibiens.
Aujourd’hui son potentiel d’accueil est fortement amoindri par une présence importante d’espèces exotiques introduites dans le milieu (poissons rouge et tortues de Floride).


Les reptiles
3 espèces sont présentes :- Lézard vivipare
– Orvet
– Vipère péliade
Les Orthoptères (criquets, sauterelles et grillons)

Dix espèces ont été identifiées par le Conservatoire des Sites Naturels de Haute-Normandie en 2002

Sous-ordre

Famille

Nom scientifique

Nom français

Rareté en
Haute-Normandie

Ensifères

Tettigoniidées

Pholidoptera giseoptera

Decticelle cendrée

Très commun

Conocephalus fuscus

Conocéphale bigarré

Très commun

Metrioptera brachiptera

Decticelle des bruyères*

Rare

phaneroptera falcata

Phanéroptère commun

Assez rare

Caelifères

Acrididés

Chorthippus brunneus

Criquet duettiste

Commun

Chorthippus parllelus

Criquet des patures

Très commun

Chorthippus biguttulus

Criquet mélodieux

Très commun

Tétrigidés

Tetrix undulata

Tetrix des clairières

Commun

Tetrix subulata

Tetrix riverain

Assez rare

Tetrix ceperoi

Tetrix des vasières

Rare

* La Decticelle des bruyères fréquente essentiellement les landes humides à bruyère.


Une gestion concertée

Depuis de nombreuses années la Commune de Sainte Marguerite-sur-mer a pris la mesure de la richesse de son territoire. Elle s’est donc efforcée de s’entourer de partenaires technique et financier à la hauteur des enjeux patrimoniaux du Cap d’Ailly. Ainsi, un comité de gestion se réunit au moins une fois par an pour cautionner les différentes interventions réalisées sur le site.

– En 1996, la commune a signé une servitude de protection du Cap d’Ailly avec le Conservatoire de l’Espace Littorale et des Rivages Lacustres. Depuis cette date, cet organisme finance des travaux de réhabilitation écologique et procède à l’acquisition de nouveaux terrains limitrophes au site.

– Depuis 1999, le Cap d’Ailly est classée comme Espace Naturel Sensible de Seine-Maritime. Le Conseil Général s’engage aux cotés de la commune afin de gérer et de valoriser le site.

– D’autres partenaires interviennent régulièrement dans la gestion du Cap d’Ailly en apportant leur contribution technique ou financière : Conservatoire des Site Naturel de Haute Normandie, Office National des Forêts, Agence de l’eau …


Principaux axes de gestion

Afin de mieux connaître l’état du milieu naturel et en dégager une politique de gestion, le Conservatoire du Littoral a financé une étude et l’élaboration d’un plan de gestion sur 10 ans.


Les milieux ouverts :

constat : Au début du siècle dernier, le Cap d’Ailly était beaucoup moins boisé qu’aujourd’hui. De nombreuses activités pastorales entretenaient les landes du secteur. La colonisation de ces milieux par la forêt a entraîné la banalisation de la flore.

actions préconisées : Accroître les surfaces de milieux ouverts. Ceci en réouvrant quelques clairières dans le bois de l’Ailly, le cortège floristique des landes devrait alors réapparaître. Puis il faut réinstaurer un pâturage afin d’entretenir ce biotope. Ainsi depuis 2002, des moutons de race rustique du Conservatoire des Sites Naturels de Haute-Normandie interviennent sur le site.


Les milieux forestiers :

constat : Ils se décomposent en deux modes sylvicoles – Les taillis de feuillus très appauvris (bouleau et chêne), et les futaies de résineux vieillissantes (pin maritime et pin sylvestre).

actions préconisées : Dans les taillis de feuillus, il faut réaliser des éclaircies forestières en favorisant les essences d’arbres les moins représentées. Le but est de dépresser les arbres et de diversifier le peuplement.
Dans les futaies de pin, il est impératif de faire des éclaircies de régénération afin que de jeunes semis de pin puissent se développer. Le but est d’assurer la pérennité du massif.
Des arbres morts, à terre ou sur pied, seront conservés de manière éparse sur l’ensemble du bois.
Les différents travaux forestiers devront se faire avec des méthodes les plus douces possibles.


Les milieux humides :

constat : Le Cap d’Ailly possède de nombreuses mares qui en font un site de reproduction très important pour les amphibiens. Les mares forestières se comblent très rapidement.
actions préconisées : La végétation la plus proche des mares sera limitée afin de favoriser l’éclairement et éviter que les branchages s’accumulent au fond de celles-ci. Des curages périodiques seront réalisés et les berges seront profilées en pentes douces.

L’église romane

Une architecture du XII° siècle qui s’exprime dans un bas-côté roman d’une grande sobriété. L’abside date de la même époque et l’autel de pierre est considéré comme le plus ancien du pays de Caux.
La partie droite de l’église date du XVI° siècle. Les vitraux modernes qui éclairent l’ensemble de chaudes couleurs sont signés Max Ingrand. L’église est ouverte dans la journée et on peut s’y procurer une intéressante brochure sur l’édifice

.

Les jardins de Vasterival

Créé en 1957 par la Princesse Sturdza, ce jardin de neuf hectares, pensé et calculé au centimètre prés, bien protégé du vent par une haie de cyprès, de bouleaux et de saules, regroupe 10.000 espèces de végétaux et reste magique en toute saison.
Des magnolias, camélias, hydrangeas « rose Vastérival » et rosiers qui montent à l’assaut des arbres, les subtils camaïeux des rhododendrons et des azalées, un jardin où les essences les plus rares côtoient les fleurs les plus simples, pour un bouquet changeant, jour après jour.

Visite guidée tous les jours sur rendez-vous pour des groupes de 5 à 25 personnes.

Jardins de Vasterival
Allée Albert Roussel 346 (Route du Phare d’Ailly)
76119 Sainte-Marguerite-sur-Mer

Tél. : 02 35 85 12 05

Courriel : levasterival@orange.fr
Site web : http://www.vasterival.fr

Valleuse et plage de Vasterival

Cette brèche verdoyante dans la ligne des falaises plonge vers une plage réputée pour son calme et la pêche à pied que l’on peut y pratiquer.
La valleuse est bordée par le bois de Vasterival qui remonte, d’un côté, jusqu’à l’Ailly, son bois et son phare, et de l’autre jusqu’à l’église Saint-Valéry et le Bois des Moutiers à Varengeville sur Mer.

En remontant la route de quelques centaines de mètres, vous pourrez vous désaltérer ou vous restaurer à l’hôtel-Restaurant “La Terrasse”.

Chateau-musée de Dieppe

Seul monument – avec les églises St Rémy et St Jacques – à avoir survécu au bombardement anglo-

hollandais de 1694, le Vieux-Château abrite la mémoire maritime de la ville et l’une des plus belle collection d’ivoires en Europe.

Rue de Chaste
76200 Dieppe

Tél : 02 35 84 19 76
Fax : 02 32 90 12 79

Eglise St-Valéry et chapelle St-Dominique à Varengeville

L’église Saint-Valéry est réputée et est l’objet d’une visite à ne pas manquer.
Tout d’abord parce qu’elle a été construite en bordure de falaise offrant ainsi une vue imprenable sur la mer et le trait des falaises. Mais également pour ses vitraux dont celui réalisé par George Braque qui repose dans le cimetière entourant l’église.
D’autres vitraux de George Braque ainsi qu’un tableau de Maurice Denis sont visibles dans la chapelle Saint-Dominique qui se trouve sur la route principale (D75) qui traverse Varengeville sur Mer entre Sainte Marguerite et Dieppe.

Jardin Shamrock, collection mondiale d’hortensias et d’hydrangéas

Ce jardin d’une superficie de deux hectares abrite une des plus importantes collections d’hortensias et d’hydrangéas.

De renommée mondiale, cet écrin de verdure comprend 2000 plants, dont 1200 variétés différentes (espèces, sous-espèces et cultivars) issues de la nature et des sélections obtenues depuis plus d’un siècle par les horticulteurs.

Cette collection a été réunie par Corinne Mallet depuis 1984. Certaines plantes de cette collection sont uniques dans le monde occidental. Elles proviennent le plus souvent du Japon , berceau d’un grand nombre d’espèces d’Hydrangea. La collection est organisée en deux zones. La première en forme de labyrinthe où chaque plate-bande est consacrée à un obtenteur, par pays ou région du monde. Cette disposition permet une compréhension aisée du monde des Hydrangeas, et fait de la Collection Shamrock un “musée vivant” de ce genre. Les plates-bandes sont dans un écrin de verdure de paulownias et buddleias, pourvoyeurs de l’ombre nécessaire à la majorité des variétés. La deuxième zone est boisée: le Bois du Dragon où sont cultivées des espèces des sous-bois asiatiques.

Périodes d’ouverture :

Tous les jours sauf le mardi matin du 15 juin au 15 septembre de 10h00 à 12h00 et de 14h30 à 18h00 (du 16 au 30 septembre ouvert tous les après midi sauf mardi).

Collection Nationale C.C.V.S.
route du Manoir d’ Ango
76119 Varengeville-sur Mer

Tél. : 02 35 85 14 64
Fax : 02 35 85 30 20

Site web : http://www.hortensias-hydrangea.com

Le Parc du Bois des Moutiers à Varengeville sur Mer

Autour d’une maison construite en 1898 par l’architecte britannique Sir Edwin Lutyens, la famille Guillaume Mallet, créateur des lieux, vous invite à explorer un ensemble de jardins clos unique en France où se mêlent harmonieusement couleurs et parfums.

Après la chambre de verdure, le promeneur découvre le grand parc paysager aux floraisons spectaculaires : les magnolias de Chine, les azalées de Turquie, les rhododendrons géants de l’Himalaya (qui atteignent 12 m de haut !) et la collection d’hortensias bleus avec en toile de fond l’église et la mer toute proche.

Le Bois des Moutiers
76119 Varengeville-sur-Mer

Tél : 02 35 85 10 02

Le Manoir D’Ango

Ancien palais d’été de Jehan Ango, armateur richissime et mécène, le Manoir d’Ango est un monument unique, avec son exceptionnelle architecture Renaissance italienne, son pigeonnier, qui passe pour le plus beau de France, son site, son parc…

Le Manoir d’Ango a été l’un des premiers monuments classé monument historique, en 1862. Il enchantera les amateurs de vieilles pierres.

Cour intérieure et pigeonnier du Manoir d’Ango

Jours d’ouverture :

  • tous les jours du 1er mai au 30 septembre
  • week-end et vacances scolaires de mi-mars à fin avril et du 1er octobre à mi-novembre

Horaires d’ouverture :

de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h

Tarifs :

  • adultes 5 €
  • tarif réduit 3 €

Coordonnées :

Manoir d’Ango 76119 Varengeville-sur-Mer

Tél. 02 35 04 19 94 – 06 72 09 08 67

Courriel : contact@manoirdango.fr
Site web : http://www.manoirdango.fr

Pourville sur Mer

Située entre Sainte Marguerite et Dieppe, Pourville est une petite station balnéaire où vous pourrez déguster des fruits de mer dans les restaurants qui longent la plage.

Ne pas manquer le point de vue dans un des virages qui remontent vers Dieppe. Un parking y a été aménagé afin que vous puissiez vous y arrêter pour admirer un des plus beaux panoramas de la côte.

fr_FRFrançais
en_USEnglish de_DEDeutsch fr_FRFrançais